Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

roues a pics

L'incontournable pour vos jeux fétiches

Vous souhaitez découvrir la roue à pics et le monde des accessoires BDSM ? Découvrez ses origines et nos conseils pour bien choisir votre roulette de Wartenberg.

Résultats 1 - 6 sur 6.
  • Gants vampire

    Un effleurement qui mêle plaisir et soumission à chaque caresse.Gants en cuir souple De nombreuses pointes tranchantes sur la surface intérieure Existe en 3 tailles : S - M - L Fermeture par boutons-pressions sur le dessus Bande élastique à l'arrière pour une tenue parfaite Epines acérées sur les 5 doigts

    79,17 €
  • Bague double roulette

    Vivez une expérience intense entre douleurs et plaisir avec la bague double roulette a pics. Bague double roulette à pics Métal Dimensions: environ 9,5 cm de long, 2 cm de diamètre Sensations variables en fonction de la pression qu'on exerce Variez entre picotements et expérience marquante

    37,50 €
  • ROUE A PICS DE 1 A 7 RANGS

    Décuplez vos sensations avec cette roue à pic d'un rang Roue à pic en acier chromé, de 1 à 7 rangs Effet esthétique et chirurgical Estampiller Dèmonia 

    18,33 €
  • Roue à pics double

    Stimulez vos sens et voyagez vers des sensations exaltantes et inoubliables.Roues Wartenberg Neurologic Pour joueurs avancés aux débutants Pointes pointues Stimulation grâce aux nombreuses goupilles

    29,17 €
  • COFFRET LUXE ROUES A PICS

    Set de roues a pics amovibles en acier inoxydable

    136,63 €
Résultats 1 - 6 sur 6.

Quelles sont les origines de la roue à pics ?

Qu’est-ce que la roue à pics

La roue à pics, aussi appelée roue à picots, est un accessoire BDSM composé d’une poignée de 15 à 20 cm de long et d’une roulette sertie de petites pointes piquantes. Généralement fabriquée en acier inoxydable, elle sert à stimuler son partenaire lors de jeux érotiques et SM.

Assez peu connu du grand public, cet instrument sert également à déterminer les limites des sensations douloureuses chez la personne stimulée. Il existe des modèles en plastique, à éviter toutefois pour des raisons d’hygiène et de résistance. La roue à pics est bien plus efficace en métal et procure une sensibilité accrue, notamment sur les zones à la peau fine.

Testez la roue à picots sur les fesses, les seins, l’intérieur des cuisses ou des genoux, la plante des pieds… Profitez de vos séances de jeux de domination pour explorer vos limites et celles de votre partenaire.

D’où vient la roue à pics

La roue à pics est à l’origine un instrument médical conçu par le neurologue Robert Wartenberg. Celui-ci l’utilisait pour tester les réflexes de ses patients et traiter les troubles de la sensibilité.

Si la roulette de Wartenberg est toujours utilisée par les médecins, la communauté SM se l’est réappropriée comme objet sexuel à sensation. Elle offre en effet des sensations surprenantes et très variées, aux novices tout comme aux habitués.

Ce gadget, parfaitement adapté aux débutants curieux, comporte une ou plusieurs roues dentées. Le choix du nombre de roues a un grand effet sur le ressenti, et nécessite de tester différents modèles avant de trouver celui qui vous convient le mieux. Les coffrets proposant plusieurs roues à pics sont ainsi un bon compromis pour débuter ou élargir ses horizons.

Très appréciée pour les sensations qu’elle procure, la roulette de Wartenberg est très répandue dans le milieu BDSM. Cet accessoire au design fetish assouvit parfaitement les fantasmes sur le monde médical. Aussi agréable à la vue qu’à l’utilisation, il est discret, facile à ranger et à transporter. Joli et bon marché, c’est l’outil idéal pour se lancer dans le BDSM sans appréhension.

Qu’est-ce que le BDSM ?

Le BDSM regroupe un ensemble de pratiques érotiques et sexuelles. Si les jeux et accessoires utilisés sont très variés, la seule règle impérative est le consentement mutuel. Les deux partenaires doivent prendre du plaisir dans leur rôle et se sentir libres de stopper la séance si une pratique ne leur convient pas.

Les adeptes utilisent la contrainte physique, la douleur, l’humiliation ou encore la mise en scène de fantasmes pour s’exciter mutuellement, parfois comme préliminaires avant un rapport sexuel. Il est donc important d’échanger au préalable et de se mettre d’accord sur ce que vous souhaitez essayer et ce qui vous intimide. La confiance et l’écoute rendent les jeux SM agréables et libérateurs, mais doivent se travailler à deux en amont.

Les quatre lettres de BDSM se rattachent à plusieurs acronymes :

  • Le Bondage renvoie à des jeux d’immobilisation, à l’aide par exemple de menottes, de cordes de shibari, de bondage tape...

  • La Domination et la Soumission impliquent un contrat entre les deux partenaires. L’un sera Dominant et pourra laisser libre cours à ses pulsions sur le deuxième, qui jouera le Dominé.

  • La notion de Discipline met en place un respect contractuel du Dominé envers les consignes données par le Dominant.

  • SM renvoie quant à lui à Sadisme et Masochisme. Tirant son nom du marquis de Sade et de l’historien Leopold von Sacher-Masoch, il s’agit du plaisir d’infliger et d’éprouver de la douleur.

Beaucoup d’accessoires BDSM ont été détournés de leur fonction première pour devenir des instruments de jeux érotiques et sexuels. C’est le cas de la roue à pics, mais également des célèbres menottes, des cordes, des bougies et des plumes, des chaînes et mousquetons, des cravaches empruntées au monde de l’équitation, des laisses, et même des tables d’examen gynécologique.

Certaines pratiques ont notamment été popularisées par les films 50 Nuances de Grey. Le succès de la saga américaine a eu le mérite de désamorcer les tabous planant sur le monde du BDSM, tout en dédramatisant par exemple les fantasmes de domination et de soumission.

S’abandonner complètement à quelqu’un permet de se libérer des contraintes et des responsabilités quotidiennes dans un cadre à la fois confortable et sécurisé. C’est aussi un moyen d’explorer ses limites, de mieux connaître son corps, d’affiner ses goûts et de renforcer les liens au sein du couple.



Comment bien choisir sa roue

Il existe plusieurs formes et tailles de roulettes de Wartenberg, la plus grande différence résidant dans le nombre de roues.

  • La roue à picots simple est composée d’une seule roue. C’est un modèle idéal pour les débutants, qui procure des sensations de faible intensité, mais parfaitement supportables.

  • La roue double comporte deux roues crantées, ce qui renforce le plaisir et l’excitation lors de l’utilisation.

  • Les roulettes de Wartenberg peuvent être serties de plusieurs roues, parfois jusqu’à 9 ou plus. Les sensations sont alors démultipliées.

Que ce soit pour une première expérience ou pour tester un nouveau modèle sur vous ou votre partenaire, choisissez une roue qui vous plaît esthétiquement.

Les dominateurs ont tendance à vouloir appuyer plus fort avec une roue simple, tandis qu’un modèle à plusieurs roulettes équilibre mieux la douleur et procure une certaine stabilité. Néanmoins, le nombre de pics augmente les picotements et la douleur ressentie, prenez donc le temps de tester plusieurs roues pour trouver celle qui vous convient.

Investir dans un coffret de plusieurs roues est un bon compromis pour débuter et s’essayer à différentes sensations, en variant les tailles et le nombre de roulettes. Il existe également des roues à picots qui se fixent sur le doigt, pour un maniement plus intime et instinctif, mais aussi des roulettes d’électro-stimulation. Reliées à une mallette d’électro-sexe, elles multiplient les sensations de picotement grâce à l’envoi de légères décharges électriques ciblées.

Les roulettes de Wartenberg sont pour la plupart fabriquées en acier inoxydable. Évitez les modèles en plastique, qui sont moins durables et hygiéniques.

Comment utiliser une roue à pics

La roulette de Wartenberg est un accessoire BDSM assez simple à prendre en main. Passez la roue sur la peau de votre partenaire, immobilisé ou non, et observez ses réactions. Les pointes piquent, mais ne perforent pas, ce qui permet d’insister sur certaines parties du corps. Les endroits où la peau est plus fine (comme l’intérieur des bras ou des cuisses, les seins, les fesses, le sexe et les testicules…) sont d’autant plus réactifs.

Les effets de la roue à pics

Soumettre sa peau aux pics procure des sensations diverses, selon l’expérience de la personne, la sensibilité ou l’épaisseur de la peau, par exemple. Le dominant peut aussi explorer son pouvoir sadique en observant son soumis se tordre de plaisir.

La douleur et le plaisir sont étroitement liés dans le domaine du SM, et s’engendrent bien souvent l’un l’autre. Le rapport de soumission peut également être alimenté par l’attente et le désir d’avoir mal.

La roue à pics procure au début de simples chatouillements, puis des picotements jusqu’à la douleur. En maîtrisant la pression exercée et la prise de l’outil, le plaisir est décuplé. Il est tout de même nécessaire de s’entraîner au préalable, car un appui trop prononcé aura des conséquences très douloureuses. Vous pourriez en effet laisser de profondes marques sur la peau de votre partenaire, et perdre sa confiance. Déterminez avec lui un « safe word » à prononcer pour mettre fin au jeu en cas de besoin, et n’hésitez pas à le rappeler avant et pendant la séance.

Le plaisir de la personne dominante passe par tous les sens lors du passage de la roue dentée sur le corps de son partenaire. Observer ses frissons et soubresauts au contact de zones plus ou moins sensibles fait tout le sel de cet outil très apprécié de la communauté SM.

Découvrir la roue à pics

Cet accessoire BDSM est principalement utilisé lors de jeux érotiques à tendance hard et fetish. Certains modèles de roues sont assez lourds et peuvent servir de poids, attention cependant à ne pas appuyer trop fort.

Pour varier les stimulations sensorielles, n’hésitez pas à explorer les fesses, les cuisses, la poitrine et le dos, avant de visiter des zones moins habituées à recevoir des caresses : l’intérieur des genoux, les aisselles, la nuque, les épaules ou la plante des pieds sont généralement très sensibles.

Associer la roulette à pics à une privation sensorielle décuple le plaisir et l’abandon. Privez votre soumis de la vue avec un bandeau, un masque ou une cagoule : concentré sur vos gestes, il sera aussi excité qu’impatient de découvrir ce que vous lui réservez.

Vous connaissez déjà bien la roulette de Wartenberg, et souhaitez découvrir l’électro-stimulation ? Allier les deux plaisirs est un préliminaire parfait pour les habitués des jeux SM poussés. En associant le picotement aux stimulations électriques, vos terminaisons nerveuses seront encore plus alertes et réactives.

Commencez avec une roue classique, puis activez l’électro-stimulation en restant en dessous de la taille. Vous pouvez utiliser un gel spécial pour favoriser la conduction de l’électricité et lubrifier la roulette. Complétez cette douce torture en caressant votre partenaire avec vos mains ou votre bouche.